Mission Vietnam Mai 2018

Compte Rendu de mission AFRASE VIETNAM HO-CHI-MINH-VILLE Mai 2018

Dr Samia BOUBECHE et Dr Vanessa PLE

Notre mission s’est déroulée du 5 au 18 Mai 2018. Nous sommes parties à 2 médecins anesthésistes rouennais :

Notre arrivée sur Ho-Chi-Minh s’est déroulée sans encombre et nous avons été accueillies à l’aéroport par un des étudiants. Il nous a conduit à l’hôtel et nous a emmené prendre notre premier « phô » du séjour. Comme pour les missions précédentes à Ho-Chi-Minh, nous avons logé pendant les deux semaines au Beautiful Saigon boutique hôtel, plutôt agréable et silencieux en plein cœur du quartier routard.

Après une première nuit (trop courte), nous sommes allées à l’hôpital orthopédique d’Ho Chi Minh Ville. Découverte du bloc opératoire et de l’imposant programme opératoire. En effet 9 salles d’interventions avec en moyenne 4/5 interventions par blocs. Nous avons fait la rencontre de nos étudiants, un groupe très agréable, probablement trop nombreux (10 au total pour 2 formateurs) pour juger correctement de leur technique concernant l’anesthésie loco régionale.

Pendant la première semaine, nous avons donc supervisé tous les matins la réalisation d’ALR : bloc fémoral, bloc sciatique, bloc au canal des adducteurs, bloc interscalénique, supra claviculaire et axillaire ainsi que quelques blocs tronculaire au niveau de l’avant bras. Le niveau entre les étudiants était plutôt variable avec 3 étudiants brillants maitrisant la pratique des ALR ainsi que leurs indications. Pour les autres, il y avait une grande variation concernant les connaissances ainsi que sur la technique.

Concernant l’ergonomie et la propreté, les choses étaient correctes. Le matériel (notamment les échographes) était parfaitement adapté.  Les patients étaient surveillés de façon adaptée pendant toute l’anesthésie.

Nous avons parfois remarqué un manque d’organisation concernant l’arrivée des patients dans un délai suffisant pour réaliser l’ALR avant la chirurgie avec par conséquent quelques échecs…

Nous avons par ailleurs réalisé les cours du module 3 et avons organisé des sessions de repérage échographique anatomique sur des volontaires.

Nous avons également pu voir le service d’hospitalisation… gros contraste entre le bloc opératoire qui ressemble relativement à nos blocs opératoires français et les services d’hospitalisation!! Service bondé, chambre d’une taille adaptée à 2 patients occupée par 4 patients. On comprend ainsi facilement la difficulté de gestion de ces unités. Faire une visite dans cet environnement relève du vrai challenge.

Nous avons pu, un après midi, visiter l’hôpital franco-vietnamien qui n’a rien à envier à nos hôpitaux ou cliniques français. En effet, ce centre privé semble beaucoup moins surpeuplé, mieux organisé et bénéficie de moyens plus conséquents.

Nou avons rencontré le directeur de l’hôpital qui nous a confirmé l’importance de venir former ces médecins et de continuer ces échanges. Il nous a par ailleurs invité à diner en compagnie d’une délégation de chirurgiens orthopédiques australiens. Diner très animés avec un karaoké en fin de soirée.

Le week-end entre les deux semaines, nous avons pu visiter le delta du Mékong. Vraie bouffée d’oxygène loin de la pollution et de l’agitation d’Ho-Chi-Minh. Nous avons résidé dans un superbe lodge avec vue sur le Mékong et entouré de cocotiers. Notre court séjour s’est résumé en repos, ballade à vélo au milieu des cocotiers et ballade sur le Mékong. Ce moment fut vraiment parfait. A refaire sans hésiter.

 

Retour dans la folie d’Ho-chi-Minh pour découvrir l’hôpital de cancérologie. Hôpital avec une grosse activité notamment en chirurgie gynécologique, ORL et thoracique.

Dès notre arrivée, nous avons rencontré le directeur et le directeur adjoint de l’hôpital pour nous souhaiter la bienvenue et pour nous inciter à continuer la formation dans leur hôpital. Ils ont insisté sur l’importance de la formation pour améliorer la prise en charge analgésique de leur patient. Ce fut un accueil très positif de leur part.

Lors de cette deuxième semaine, nous avons pu réaliser des blocs de la paroi thoracique et abdominale avec la réalisation de PECS 1&2, Serratus block, BPV, avec pose de cathéter paravertébral et TAP block. Dès les premiers jours, les chirurgiens et médecins anesthésistes du service se sont montrés très satisfaits quant à la qualité de l’analgésie postopératoire procurée par ces différentes ALR.

Etonnamment, la réalisation de ces blocs analgésique s’est avérée beaucoup plus difficile pour la majeure partie des étudiants alors que la plupart sont des blocs de diffusion. Nous n’avons que mal compris la raison de leurs difficultés. Ici encore, l’accueil fut extrêmement agréable.

Notre mission s’est terminée par la réalisation d’un examen écrit par QCM avec des résultats très positifs tous au dessus de la moyenne mais restant encore faibles pour une majeure partie des étudiants. Il était malheureusement difficile de conduire une évaluation optimale en raison du nombre d’étudiants.

En conclusion, voyage très positif, avec un bel accueil, une bonne implication et une motivation importante des médecins que nous avons encadrés.

Merci à l’AFRASE pour ce séjour.

IMG_6

 

 

 

 

 

 

Mission Myanmar avril 2018

Compte rendu de la mission AFRASE en Birmanie en AVRIL – MAI 2018

Dr François GOMPEL et Dr Pierre DAO

  • Mission à Yangon :

À notre arrivée à l’aéroport de Yangon le 21 avril, nous avons été accueillis par les Drs Ei Ei Han et Khin Kant Kaw.

Le dimanche, le Dr Aung Htet (bras droit du Pr Mu Mu Naing) nous a invité à déjeuner et cela a été l’occasion de planifier le déroulement de la mission à l’Hôpital Général de Yangon. Il a été établi que nous aurons à prendre en charge un groupe de 10 élèves dont 3 seniors et 7 juniors. Les seniors sont assimilables à des chefs de cliniques : deux femmes, Ei Ei Han et Khin Kant Kaw, et un homme : Nay Nyo Tun. Les internes sont : 5 hommes, Tun Tun Hlaing, Htet Waï Lwin, Van Maw Ung, Nay Myo Tun et Chan Myae Swe ; et 2 femmes, Khine Zar Win et Khin Sandar.

Voici la photo du groupe :Yangon avril 2018

Le  département d’anesthésie est composé de trente ARE assistés de cinquante internes. L’hôpital a 2000 lits pour 7500 interventions programmés + 5500 urgences sur 10 salles d’opérations dans un bâtiment récent aux normes occidentales, avec une salle de soins post-interventionnels de grande superficie.

Du lundi au vendredi, nos journées ont été organisées autour d’une activité au bloc opératoire le matin de 8h à 14h30 suivie de sessions d’approfondissement des notions théoriques jusqu’à 16h. Les étudiants ont été entièrement dédiés à la formation, d’autres anesthésistes sont en charge de faire tourner le bloc opératoire pendant notre semaine.

L’ensemble de l’équipe avait un bon niveau d’anglais et avait accès à deux échographes au bloc opératoire. Pour l’occasion, le Dr Aung Htet a fait mettre à notre disposition deux autres appareils d’échographie prêtés par une société privée. Ils réalisent régulièrement des blocs avec échographies ou selon des repères anatomiques. Nous avons compris que la majorité des blocs sont des blocs supra-claviculaires, des TAP Bloc et des blocs ilio-fasciaux. Ils sont dynamiques, comprennent vite et sont volontaires.

Au cours de la semaine, nous avons supervisé la réalisation de plus de cinquante procédures. Les étudiants ont effectué les blocs à tour de rôle. En général, ils ont pu assister à chaque démonstration. Ont été fait :

  • 6 infra-claviculaire
  • 15 axillaire
  • 11 fémoral
  • 10 sciatique poplité
  • 4 blocs des muscles érecteurs du rachis (3 en T5 et 1 en T8)
  • 3 para-vertébral
  • 2 blocs du muscle du carré de lombes
  • 1 TAP Bloc
  • 1 bloc cervical superficiel bilatéral

Nous avons utilisé le matériel disponible, à savoir une protection de la sonde d’échographie par un film alimentaire ainsi que des aiguilles de cathéter 20G. Les élèves sont intéressés par les techniques de bloc de paroi thoracique et abdominale car ils sont à la recherche de techniques analgésiques permettant une bonne analgésie peropératoire, le fentanyl est semble-t-il parfois en rupture de stock.

L’après-midi a été consacré aux cours. Cela a été l’occasion de débriefer les blocs vus le matin en salle. Ont été traité :

  • Méthodologie des blocs (gestion d’un échec de bloc, éléments de toxicité et généralités sur la pharmacologie des produits)
  • Principes physiques des ultra-sons
  • Blocs du membre supérieur (bloc interscalénique, bloc axillaire et blocs distaux)
  • Blocs du plexus lombaire

Il nous a semblé que les élèves s’appropriaient très vite les techniques et nous avons eu de nombreux retours très positifs sur le bon déroulement des chirurgies.

En fin de semaine, nous avons rencontré le recteur de l’Université de Médecine 1, le Pr Zaw Wai Soe, personnage haut placé et influent. Il nous a remercié et a insisté sur deux points. Premièrement, il est important que nous transmettions les documents nécessaires à l’inscription au Conseil Ordre Médical dont il est un des membres (passeport, CV et copie des diplômes deux mois avant). Deuxièmement, il nous a demandé que cette formation soit valorisée par un diplôme officiel.

Au cours du séjour, nous avons également fait la connaissance du Pr Mya Soe, chef de service d’anesthésie-réanimation de l’hôpital de pédiatrie. Il dispose d’un échographe Sonosite et signale un besoin de formation en ALR échoguidée en pédiatrie.

Nous avons eu l’opportunité de visiter un établissement privé de bonne réputation, le Sakura Hospital avec des normes d’organisation et une propreté occidentales. Les ARE travaillent en journée dans le public et démarrent leur activité privée le soir, à partir de 19h et souvent jusqu’à minuit. Les ARE ont la possibilité d’utiliser un vieil appareil d’échographie pour la réalisation d’ALR mais cela est facturé au patient (5$ dans cet établissement).

En conclusion : excellente organisation et accueil de grande qualité. Excellent retour des participants.

  • Mission à Mandalay

Nous prenons l’avion pour Mandalay le samedi matin. Nous avons été accueillis par le Pr Yi Sanda Thein qui est peu réactive aux mails mais qui a néanmoins mis en place une organisation de la mission comparable à celle de Yangon, à savoir 10 étudiants : 4 séniors : Thu , Ram, Nanda Ko Ko, Sein Hlaing ; 2 internes masculins : Naing Ye Kyaw Htun et Pyae Sone Aung ; et 4 femmes Hsu Yee Hnin, Aye Mya Sandar, May Thu Chit et Moh Moh Swe.

Voici la photo de l’équipe de Mandalay :Mandalay avril 2018

 

Le niveau d’anglais est moins bon mais n’entrave pas trop la compréhension au bloc. La volonté d’apprendre et le dynamisme sont les mêmes qu’à Yangon.

Le parc d’échographe est composé pour l’instant d’un Sonosite et d’un Sonixtouch qui restent pour l’essentiel aux soins intensifs et au bloc général. Les appareils d’échographie ne sont utilisés que pour les TAP bloc. Le bloc de chirurgie générale (chirurgie digestive, chirurgie thoracique et sénologie) et le bloc de traumatologie sont distincts.

L’activité de traumatologie est de 2000 cas par an dont la moitié « majeure » (3-4 patients par jour). Chaque salle est composée de deux tables d’opération. Il n’y a pas de SSPI, les patients sont reconduits directement dans leur chambre en fin d’intervention. L’activité a lieu de 9h à 14h, moins une pause déjeuner d’une bonne heure. Nous ne sommes présents que 4 jours dans le service, le mardi était férié.

Au cours de notre séjour, auront été fait sur les deux sites :

  • 2 BIS
  • 1 infra-claviculaire
  • 2 BAX
  • 4 sciatique poplité
  • 4 fémoral
  • 7 blocs des grands droits
  • 3 blocs ESP en T8
  • 6 ESP en T5
  • 1 serratus plane block
  • 1 bloc du muscle carré des lombes

Après l’activité au bloc opératoire, nous avons exposé les mêmes cours qu’à Yangon, dans une petite salle avec la présence d’un PC relié à un vidéoprojecteur.

Nous avons pu discuter en  fin de semaine avec le Pr Khin Maung Lwin, recteur de l’université de Mandalay, qui a insisté longuement sur la nécessité de transmettre les documents officiels par avance.

Le retour que nous avons des étudiants de Mandalay a été également excellent. Ils nous ont signalé que le manque d’appareils d’échographie dans les multiples blocs opératoires délocalisés représentait un frein à leur pratique. A cet égard, la construction d’un nouveau bâtiment  en 2018 devrait améliorer les choses.

  • Remarques générales :

Le pays dispose peu d’échographes. Les techniques de neuro stimulation ne sont pas pratiquées, essentiellement en raison du coût des aiguilles. La plupart pratiquent donc des techniques avec recherche de paresthésies. Cependant l’intérêt pour l’échographie n’est pas remis en question.

Les internes ont une activité de recherche clinique pour la rédaction de leur mémoire de fin d’étude. Ils évaluent par exemple la différence entre deux techniques en terme d’analgésie. La méthodologie utilisée est rigoureuse.

Le pays (55 millions d’habitants) se développe rapidement. Il n’a pour l’instant qu’environ 300 anesthésistes seniors et les besoins de formation vont être énormes.

Au final, dans les deux sites, la convivialité et le plaisir ont été au rendez-vous, et nous avons été très contents de notre séjour.

  • Contacts utiles :

– Rangoon :

Pr Zaw Wai Soe, recteur de l’université : um1rector@gmail.com

Pr Mu Mu Naing, chef de service : mumu.naing1411@gmail.com

Pr Aung Htet, professeur associé : 09 979 472502 aunghtet1@gmail.com

Dr Khin, jeune praticienne : 09 501 4729

– Mandalay :

Pr Khin Maung Lwin, recteur de l’université : rector@ummdy.com

Pr Yi Sanda Thein, chef de service : 09 501 8582 yisandathein@gmail.com

Les Missions au Myanmar ont commencé!

Après de nombreuses incertitudes sur la capacité de l’AFRASE à trouver des anesthésistes motivés pour partager leurs connaissances en Anesthésie Loco Régionale, l’arrivée à l’association de nouveaux membres a permis que le programme d’enseignement au Myanmar ne prenne pas trop de retard. Dans le même temps le programme commencé au Sud Vietnam  a pu se poursuivre grâce au soutien sans faille du Dr. Nguyen Thi Thanh.

Une première mission birmane conduite par Pierre Dao et François Gompel s’est déroulée dans d’excellentes conditions en avril, .

Les deux missions suivantes sont déjà programmées, la prochaine dès le mois de juin, la troisième en décembre.

A Saïgon, la deuxième mission, sous la houlette de Vanessa Plé et Samia Boubèche, a rempli pleinement ses objectifs.

L’année 2018 s’annonce donc particulièrement positive.